épisode 28 : le chat perplexe aime la danse

À chaque fois que le rendez-vous le permettait, je suis venue depuis Bordeaux en train. Certaines communes de la CDC sont desservies par la SNCF. Cette fois, je descends à Cadaujac, mais il n’est que 7h50 (on n’a pas un grand choix d’horaires en TER). Estelle m’avait dit : On se réveillera, tu n’as qu’à entrer, la porte sera ouverte.
La vie d’une compagnie de théâtre en tournée ou en résidence, c’est aussi la vie collective. Dans la maison qu’ils louent pour la semaine, il y a des chambres, mais pas assez, alors certains dorment sur les canapés. Le café coule, dans la pénombre de la grande pièce, des têtes se soulèvent, chacun se réveille peu à peu. Ils ont répété hier soir et sûrement ce sont coucher tard. Une partie de la troupe va partir ce matin à Saint-Morillon installer la scène et le décor du spectacle La forêt des heures, joué deux fois aujourd’hui, à 10h et cet après-midi ,à 15h. Lucie est l’actrice en scène, Jean l’accompagne en musique.

Je pars avec Stella et Camille pour assister à l’atelier Danse dans une classe d’une école maternelle de Léognan.
Dans la grande salle d’activités, les deux danseuses s’échauffent. Les enfants arrivent timidement. La classe est divisée en deux groupes. Pour ce premier temps, la maîtresse regarde et écoute attentivement. Cela commence par une ronde. Stella et Camille expliquent ce que c’est d’être danseuse. Ensuite chacun s’exprime un peu. Ils ont des étiquettes collées sur la poitrine avec leur prénom dessus. Le premier exercice a l’air simple : dire son prénom à son voisin en tournant la tête vers lui. Tu doivais regarder, précise l’un d’eux. Mais la difficulté, c’est qu’on a tendance à dire plutôt le prénom de celui qu’on regarde !

Les échauffements : se faire des massages, bouger le cou, le réveil des pieds l’un après l’autre. Certains baillent, d’autres n’osent pas encore participer. Avec de la musique à présent, les exercices continuent : comme si un fil tirait le corps par la tête, comme une marionnette, alternance de postures, droit et tiré vers le haut ou avachi. Pareil avec les coudes…

La grande danse va commencer. C’est un voyage à travers les saisons qu’ils vont faire.
L’été : cueillir des fruits, sentir les parfums, renifler, attraper une pomme le bras en l’air et la mettre dans le panier, étirer les gestes. Puis, ils marchent dans le désert, laissent des empreintes dans le sable… Elles montrent des attitudes au fur et à mesure. La danse qu’ils improvisent illustre les histoires qu’elles racontent. Certains sont un peu agités, peut-être que la situation les met un peu mal à l’aise. Comme dans chaque classe, il y en a toujours un ou deux qui rêvent…

C’est quoi une algue ?

Alors, tous les enfants dansent les algues, et parfois, des vagues – Camille et Stella font les vagues, elles soufflent vers eux – font bouger les longs bras mouvants des algues sous la mer…
L’automne arrive. Il s’agit d’attraper les nuages, avec de grands sauts, les bras en l’air, puis de les lancer, quatre fois. Cela compose une chorégraphie rythmée et vive. Avec la musique, cela tourbillonne dans la salle.

Je me laisse facilement aller à rêver moi aussi, à observer ces tout-petits en train de basculer dans le monde de Camille et Stella. Comme on ne peut pas prendre de photos, Morgane dessine…

Voilà l’hiver et ils marchent, de grands pas pour marcher dans la neige et s’enfoncer. Il y a ce petit garçon timide qui se laisse aller peu à peu, celui qui reste spectateur fasciné par la danse de ces deux grandes filles, une petite rebelle qui ne dit rien mais qui ne fait jamais tout à fait comme il faut, quelques bavards qui, hélas, ne parviennent pas à être présents à ce qui se déroule, toujours en train de passer à côté du moment.
Au printemps, ils terminent leur voyage en dansant comme un chat, qui se réveille et s’étire…

La maîtresse est ravie, ça lui donne des idées.

« C’était magnifique, j’ai voyagé avec vous… »

Avant de reprendre avec l’autre partie de la classe, petite pause café dans la salle des institutrices.
10h46 : reprise de l’atelier avec l’autre partie de la classe. La maîtresse a décidé de participer. Je continue de les observer… La petite fille habillée en rose avec ses couettes, celui qui a son jean qui tombe, et soudain, je constate que toutes les petites filles sont habillées en rose…
Les danseuses proposent un grand jeu tous ensemble. Tout le monde danse. Quand la musique s’arrête, Stella et Camille dansent et les enfants ne doivent plus bouger de leur position, puis la musique reprend et c’est eux qui dansent pendant que les filles restent immobile. Pour finir, tout le monde fait le dos rond du chat…
Chacun dit ce qu’il a aimé. La maîtresse, elle, a adoré lancer les nuages. Stella et Camille ont pris beaucoup de plaisir à danser avec cette classe, on le voit sur leur visage. Les enfants demandent :

Est-ce qu’on peut encore danser ?

La maîtresse répond : « On va imaginer beaucoup plus de choses maintenant dans la classe… »

Après cette matinée très zen et joyeuse, destination Saint-Morillon, et la Forêt des heures…

à suivre / Lire l’épisode précédent du Chat perplexe / Lire depuis le début / Lire l’épisode suivant

 

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s