épisode 22 : tous les tours ont une fin

Même le #Tourbuslandscaping !
Rappelons…
Avant cette soirée collective entre adolescents et adultes (ce qui n’est pas simple, avouons), avant les premières rencontres et les ateliers entre l’équipe du Bruit du Frigo et des adolescents de la Communauté de communes de Montesquieu (ce territoire, ainsi que nous, adultes, appelons cet espace d’intervention de 13 communes) (nous aurions pu l’appeler une zone, un lieu, une localité, un site, une sphère d’actions…) (nous distinguons, ainsi, par ce mot, le territoire de la métropole – me semble-t-il avoir compris – ; il y aurait aujourd’hui pour reprendre le titre célèbre « la métropole et le territoire » comme il y eut, reprenons un autre titre fameux mais plus ancien, celui des villes et celui des champs. Et donc ce mot « territoire » pour les adolescents évoque bien autre chose, puisqu’à chaque fois qu’ils l’entendaient dire, ils se marraient. Disant ainsi qu’eux, ne se représentent pas en territoire.)

Donc avant la soirée, avant les ateliers, avant les réunions avec les responsables des services Jeunesse, avant de proposer un projet, il y avait cette demande posée par la Communauté de communes au sujet des adolescents, leurs déplacements et le paysage dans leur quotidien. En tout cas, c’est ainsi que le Bruit du Frigo s’est approprié la thématique.
L’équipe du Bruit du Frigo a élaboré un principe de rencontres (les ateliers et les mises en scènes photographiques), afin à la fois de récolter des informations (des données) et surtout ensuite de susciter l’imagination des adolescents. L’enjeu était d’observer comment on peut organiser une rencontre entre de jeunes habitants, leur propre territoire, et un collectif d’urbanistes artistes.
Il y avait des écueils. Notamment, et je cite Le Bruit du frigo, parce que le public concerné par cette action #Tourbuslandscaping est considéré à raison comme :

« volatile, en pleine émancipation du monde adulte, évoluant en tribu et qui pour être heureuse vit cachée. »

La tentative pour rentrer en contact avec les lycéens (via le transport scolaire) n’a pas porté les fruits espérés, malgré les bonnes réactions joyeuses et joueuses pendant les quiz : ils ne sont pas venus ensuite aux ateliers. Ces quatre temps de rencontre ont cependant permis de récolter des données sur les pratiques et la play-list des futurs blind-tests.
Cela a permis de ré-orienter le #Tourbuslandscaping et dès lors de s’adresser plutôt à la tranche d’âge qui fréquente les Services jeunesse des communes, collégiens et quelques élèves de seconde.

Le travail effectué pendant les ateliers d’urbanisme utopique et les ateliers mobiles – les adolescents étaient accompagnés de leurs animateurs/responsables Service Jeunesse – a servi à composer l’exposition présentée le soir de la fête : des tableaux thématiques – photomontages à partir des séances photo – déclinent les envies des adolescents dans l’usage qu’ils feraient de ce territoire s’il était celui de leurs jeux.

Quand ils arrivent, les adolescents découvrent l’exposition.

Ça déchire !

Ou encore un :

Ça m’a choqué !
(qui signifie que c’est tellement étonnant et réussi que ça fait un choc.)

L’animation principale de la soirée, c’est une série de blind-tests pris en charge par le duo, François au micro (et son talentueux et drôle sens de la formule improvisée) et Nicolas aux sons (qui fait un complice parfait). Les adolescents font preuve d’un grand sens du jeu, une fois encore, dépassant illico le ridicule des lots « pourris » gagnés en cas de bonne réponse et la présence des spectateurs adultes. Rappelons que le bar ne servait ce soir-là, certes à volonté, que des citronnades et des orangeades…
Plus tard, le bal sera ouvert par une danse transgénérationnelle sur un endiablé Partenaire particulier

P1220950P1220945Sous le dôme, la soirée du #Tourbus landscaping se termine joyeusement, dans une battle de danse garçons VS filles.

À voir l’ambiance finale, faite de complicités adultes et adolescents, adolescents d’une commune et adolescents d’une autre, la rencontre entre le monde (et la façon de regarder) du Bruit du Frigo (sans oublier François et Nicolas du collectif Genre, et Harry Cature) et celui de la trentaine d’adolescents présents a bien eu lieu.

 

à suivre / Lire l’épisode précédent Bruit du Frigo / Lire depuis le début / Lire l’épisode suivant / Le projet #Landscaping Bruit du Frigo /

P1220706IMG_4146

IMG_4101IMG_4102

IMG_4106IMG_4107

IMG_4109IMG_4108

IMG_4104IMG_4103

IMG_4095IMG_4096

IMG_4098IMG_4097

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s