Episode 9 : Réfléchir et danser toujours

Je commence encore ma journée au son de l’accordéon. Cette fois, Olivier joue assis dans un canapé. Matin au gîte. Je viens les rejoindre pour la matinée « brainstorming ».

La troupe s’est installée – où elle a trouvé – pour la semaine, à Ayguemorte-les-Graves. Le lieu n’est pas idéal, les 8 comédiens-musiciens y sont à l’étroit. Cela fait partie des détails qui n’en sont pas dans le cadre de présence dans la durée d’artistes sur un territoire comme la CDC Montesquieu, large et rurale : où se loger ?

Donc, dans le salon-dortoir, Olivier et Lucie s’échauffent en musique.
Les questions du matin sont de cet ordre : Comment intégrer la fiction au réel ?
J’accepte le café.
La brigade des marionnettes déambule sur le territoire en même temps que la Compagnie intervient sous différentes formes. La brigade appartient à une histoire précise : l’histoire du Balbizar, ce bal qui aura lieu au mois de Juin. Marionnettes et bal clandestin forment un ensemble que La Cie du Chat perplexe décline habituellement dans un espace-temps resserré. La fiction du Balbizar – avec le concours de la presse locale – s’est déployée dans les villes ou villages où ils ont déjà joué ce spectacle participatif festif. Ici, c’est plus complexe.
Comment faire le lien entre la fiction du Balbizar, les gendarmes, les impromptus, les ateliers, les représentations entre décembre 2017 et juin 2018 ?

La question de la communication : Comment s’adresser aux gens ? Surtout quand il y a tant de choses à raconter ? Où sont les gens ? Comment les toucher ?

Je pense à l’enjeu de ma propre mission d’écriture, et ce souhait des institutions quand je demandais Qui est le destinataire de cette trace écrite ? On me répondait le grand public.
Souhait logique et louable, puisqu’il y a souvent ce déficit : le grand public ne sait pas, et parfois ne mesure pas, toutes ces actions qui ont lieu. Le désir de s’adresser au plus grand nombre quand il s’agit d’expliquer ce que la collectivité met en place me paraît légitime. Mais ce plus grand nombre m’apparaît comme une entité abstraite…

On se demande donc et Comment.
On en arrive aux médias. Quels journaux ? La radio ? La télé ? Mais localement, comment faire ?
Viennent parfois, à ce moment-là des réflexions, les batailles Écrit VS Images, et puis le temps que personne n’a plus, ni pour lire ni pour regarder…
Finalement, la cie du Chat perplexe fait son bonhomme de chemin, d’ateliers en rencontres sur le marché (quand il y a des gens à y rencontrer !), de commerçants en discussions sur un bout de trottoir. Travail de fourmi,  fait de présence physique.

Ce midi, nous déjeunons à la cantine de la Technopole Montesquieu où se trouve les bureaux de la CdC Montesquieu. Il est prévu un impromptu. Nadège, responsable du Pôle Vie locale, nous reçoit comme à chaque fois, s’assure que tout se passe bien.  Pour l’instant, c’est elle qui fait le lien.
Pas grand monde à la cantine, impromptu un peu périlleux. Pourtant, gendarmes et musiciens parviennent à organiser une réclamation de CoTEAC, ambiance réfectoire, les couverts tapés sur les tables en rythme d’un On veut du CoTEAC !
Je regarde avec admiration les petits courages qu’il faut pour se jeter dans l’espace public comme sur une scène, interrompre la vie des gens sur l’air d’une fantaisie imprévue.

La mazurka du jour sera donc dansée au milieu de la cantine…
Avant de repartir pour les ateliers et les aventures dans la communauté de communes, une séance de photos s’organise.
J’en profite pour discuter avec Stella de son spectacle Au pied des pins têtus.

à suivre / Lire l’épisode précédent / Lire depuis le début / Lire l’épisode suivant

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s